Translate

dimanche 25 novembre 2012

Höpital Sainte-Justine



Justine Lacoste Beaubien

"Au début du XXe siècle, le taux de mortalité infantile à Montréal est inquiétant. Très sensible au problème, la première femme médecin canadienne-française, Irma LeVasseur, fait appel à Justine Lacoste Beaubien, une riche philanthrope, pour mettre sur pied un hôpital canadien-français gratuit destiné aux enfants montréalais. Justine s'investit totalement dans le projet et, avec l'aide de sa famille et de dames patronnesses, donne vie au modeste hôpital. Le 25 avril 1908, une loi provinciale sanctionne l'incorporation de l'institution. Le pape Pie X accordera aussi sa bénédiction à l'aventure." (BANQ)


Dr Irma LeVasseur

"La docteure Irma LeVasseur est l'instigatrice du projet d'hôpital pour enfants. Avant même l'ouverture du premier édifice, elle héberge chez elle un bébé malade, puis devient le premier médecin de l'hôpital. La famille Lacoste apporte également un soutien solide au projet. La sœur de Justine, Thaïs, occupe le poste de secrétaire du comité exécutif de l'hôpital tandis que sa mère, Marie-Louise (Lady Lacoste), qui est connue pour ses bonnes œuvres, devient membre du conseil d'administration." (BANQ)

"L'incorporation officielle de l'hôpital est nécessaire pour donner un pouvoir légal aux administratrices et pour obtenir des subventions du gouvernement du Québec. Justine sollicite l'aide de sa famille, notamment de son frère Paul, qui est avocat, pour rédiger et soumettre un texte de projet de loi. L'assemblée législative du Québec ratifie la loi le 25 avril 1908. Un autre appui lui viendra du pape Pie X, qui accepte d'accorder à l'institution sa bénédiction. La requête écrite de Justine a été soumise au pape à Rome par la famille Lacoste." (BANQ)


Maison rue Saint-Denis près de la rue Roy. 1917


"Si le cœur d'un hôpital est tissé d'une multitude de gens, travailleurs et bénévoles, l'édifice qui l'abrite constitue pour sa part un véritable sanctuaire pour les malades. La succession des locaux occupés par l'hôpital Sainte-Justine témoigne avec éloquence de la progression fulgurante de l'institution. Fondé dans une modeste maison de la rue Saint-Denis, l'hôpital déménagera à deux reprises durant ses dix premières années d'existence afin de répondre à des besoins sans cesse croissants. Le troisième bâtiment, inauguré en 1914, connaîtra plusieurs agrandissements. Ces lieux racontent à leur façon l'histoire d'une réussite formidable, née d'un amour passionné pour les enfants." (BANQ)


Maison située sur l'avenue De Lorimier, près de la rue Rachel,
abrite l'hôpital entre 1908 et 1914.
Source : CHU Sainte-Justine


L’hôpital Sainte-Justine, angle des rues Rachel et Delorimier [...],
Photographie parue dans La Presse, 2 mars 1910.


Salle d'entrée et escalier du deuxième hôpital Sainte-Justine
Source : Héritage Montréal

"L'hôpital ouvre ses portes le 30 novembre 1907 dans une maison prêtée par le frère d'Euphrosine Rolland, trésorière de Sainte-Justine. Située au 644 de la rue Saint-Denis, l'étroite maison de trois étages contient 12 lits. Très vite, on doit refuser des patients, faute de place. En mai 1908, l'hôpital déménage au 820 de l'avenue De Lorimier, édifice pouvant accueillir davantage de malades. Mais l'espace manque encore, de sorte qu'il faut bientôt louer une maison à proximité pour loger certains services externes. Justine songe déjà à la construction d'un hôpital moderne..." (BANQ)


L’hôpital Sainte-Justine situé au 1879 de la rue Saint-Denis,
près de la rue Bellechasse
, photographe non identifié, vers 1914

"Grâce à la générosité du public et à l'intervention des gouvernements, le vaste hôpital moderne dont rêve Justine Lacoste Beaubien voit le jour. Inauguré en 1914, l'édifice est érigé sur un terrain acheté grâce à une contribution de la famille Beaubien et peut accueillir 80 petits patients dans des conditions optimales. Des agrandissements successifs viendront combler le manque d'espace au fil des ans et en 1957, à la veille du déménagement sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine, l'hôpital de la rue Saint-Denis est une véritable mosaïque de bâtiments reliés qui peut abriter 540 enfants." (BANQ)


Façade de l’hôpital Sainte-Justine, photographe non identifié, vers 1927

"Afin de répondre à la demande, l'hôpital s'agrandit continuellement. Les nouveaux locaux permettent d'accueillir de plus en plus de petits malades et d'ajouter des services spécialisés. Nouvelles ailes, étages supplémentaires, agrandissements du côté de la rue Saint-Vallier, derrière l'hôpital, toutes les possibilités du site sont exploitées. En plus de l'espace nécessaire aux soins et à l'hébergement des malades, on prévoit des locaux pour l'École des gardes-malades de l'hôpital, affiliée à l'Université de Montréal. Justine Lacoste Beaubien suit avec attention tous les travaux de construction et d'aménagement."(BANQ)

L'hôpital Sainte-Justine, photographe non identifié, vers 1934


Les Filles de la Sagesse […] donnant leurs soins aux petits maladesPhotographie parue dans La Presse, 3 mars 1910.


"En 1910, afin d'alléger la tâche des « gardes-malades » encore peu nombreuses, Justine Lacoste Beaubien confie la direction de la régie interne aux religieuses de la Congrégation des Filles de la Sagesse. Originaires de France, elles sont reconnues pour leurs œuvres dispensées dans plusieurs pays, dont le Canada. Les Filles de la Sagesse s'occupent des travaux domestiques, des services administratifs, des soins donnés aux enfants, de la formation des « gardes » et des aides maternelles ainsi que du fonctionnement du dispensaire." (BANQ)


La "Goutte de lait" à Sainte-Justine


Ouverture des premières Gouttes de lait à Montréal
Pour freiner le taux élevé de mortalité infantile, le gouvernement propose une série de mesures d'hygiène dont la plus efficace est la mise sur pied des Gouttes de lait dans les différents quartiers de Montréal.
Ce programme vise à offrir aux mères des conseils sur l'alimenation et l'hygiène, et à leurs enfants une ration de lait de bonne qualité, éliminant la propagation de bactéries souvent mortelles à cette époque. Une des plus célèbres Gouttes de lait fut celle de Sainte-Justine, sise sur le terrain qui abritait déjà l'hôpital pour enfants fondé par Justine Lacoste-Beaubien en 1908. Commentant la situation de certaines familles du plateau Mont-Royal de Montréal à cette époque, un médecin du nom de Toussain Stephen Langevin affirme: «J'ai visité certaines familles nécessiteuses. C'était à faire pleurer de voir ces six, sept ou huit enfants presque nus dans une maison glaciale, chauffée par une «truie» remplie de vieux papiers, où les lits sans matelas étaient recouverts d'une seule couverture de finette étendue sur le sommier. Il est facile de comprendre que tous ces enfants, nés durant une période aussi néfaste, ont été marqués physiquement et moralement par des mères épuisées, affamées et le plus souvent démoralisées.» (http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/collaborations/9319.html)


Distribution d'un livre de soinsPhotographe non identifié, 25 septembre 1919


L'heure du repas avec sœur Sainte-UrsulePhotographe non identifié, vers 1948


Une Fille de la Sagesse et des infirmières dans la pharmaciePhotographe, 6 juin 1944


Exercices de rééducation, photographe : Conrad Poirier, 6 juin 1944

"Dès les premières années, Justine Lacoste Beaubien désire offrir aux petits patients de l’hôpital Sainte-Justine les soins les plus modernes. Elle s’attellera à cette tâche de plusieurs façons, notamment en diversifiant les spécialités médicales et en introduisant rapidement sur les lieux les nouveaux médicaments et les appareils de soins les plus sophistiqués. Cette louable ambition vide cependant les coffres de l’institution. Pour rappeler à tous l’existence de l’hôpital et susciter les dons, Justine capte l’attention médiatique en recevant diverses personnalités dans son hôpital à la fine pointe des technologies." (BANQ)

Soins aux patients, photographe : Conrad Poirier, 13 juin 1944


Exercices d'orthophonie, photographe : Conrad Poirier, 6 juin 1944


Ajout d'un poids pour la traction d'une jambePhotographe : Conrad Poirier, 18 juillet 1944


Deux enfants prient devant une statue de Jésus enfant à l'hôpital Sainte-Justine, 1944.


Nous voyons une infirmière et une patiente étendue pour passer une radiographie
de la jambe à l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Nous voyons un patient en fauteuil roulant, un patient appuyé sur des béquilles et un autre patient alité. Ils sont, avec une infirmière, dans une chambre de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Un ophtalmologiste fait passer un examen de la vue à une petite fille
à l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Quatre jeunes patients, supervisés par deux infirmières, font de la réadaptation
aux anneaux ou sur des tricycles à l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Trois jeunes patientes font des travaux d'aiguille dans un dortoir
de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Une religieuse des Filles de la Sagesse dépose des bocaux de médicaments sur
une étagère à l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Une religieuse des Filles de la Sagesse lit une histoire à une petite patiente
de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Un patient avec un bandage sur la tête écrit à un petit pupitre installé dans son lit
de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1944.


Enfant assis sur un lit de l'hôpital, 1945.


Deux enfants sont couchés sur des lits de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal.
Deux religieux se tiennent à leur côté, 1945.


Une jeune patiente quitte l'hôpital Sainte-Justine à Montréal. La religieuse
des Filles de la Sagesse tend un sac à la mère de la petite fille. 1945.


Un médecin prend le pouls d'un petit patient alité à l'hôpital Sainte-Justine à Montréal, 1946.


Trois employés vissent et serrent des pièces sur le poumon d'acier à l'hôpital Sainte-Justine, 1946.
Source : BANQ

Un homme coud un corset orthopédique avec une machine à coudre Singer, 1946.


Homme qui fabrique des prothèses orthopédiques. 1946.


Une employée de laboratoire regarde dans un microscope binoculaire
Source : http://www.banq.qc.ca/collections/images/notice.html?id=06MP48S1SS0SSS0D0P13755
 "L'hôpital Sainte-Justine pour les enfants répond à de criants besoins au sein de la population montréalaise. Malgré les agrandissements successifs de l'édifice situé rue Saint-Denis, l'espace manque toujours. Dès 1947, Justine Lacoste Beaubien acquiert un vaste terrain non loin de l'Université de Montréal. Grâce à sa ténacité et à l'appui des gouvernements et du public, un hôpital ultramoderne de 800 lits s'élèvera à cet endroit. Le 3175 du chemin de la Côte-Sainte-Catherine devient rapidement un symbole d'excellence et un lieu de réconfort pour les familles des enfants malades du Québec." (BANQ)


Maquette du quatrième hôpital Sainte-Justine vue à vol d'oiseau
Source : Héritage Montréal

Henri S. Labelle conçoit le bâtiment du chemin de la Côte-Sainte-Catherine avec Joseph Sawyer. Ce dernier est également l'architecte de l'hôpital lorsqu'il loge rue Saint-Denis près de Bellechasse.
L'architecture de l'immeuble du chemin de la Côte-Sainte-Catherine est marquée par un traitement moderne épuré, et son plan symétrique est typique des institutions sociales au Québec. Le toit est pourvu d'un espace pour accueillir les hélicoptères, une pratique rare, alors que le sous-sol contient un espace anti-bombardement.
Le bâtiment est organisé suivant la multiplication des ailes à partir du centre et dont les plus remarquables sont celles en Y qui longent le chemin de la Côte-Sainte-Catherine.
De nouveaux pavillons sont ajoutés depuis l'inauguration : le pavillon Charles-Bruneau chemin Hudson et un nouveau pavillon coin Hudson et Côte-Sainte-Catherine. (Héritage Montréal)


Affiche de la campagne de souscription de l'hôpital Sainte-Justine. Illustrée de photos de
 Conrad Poirier, cette affiche est dans la vitrine du magasin «Dupuis Frères Limitée»
situé au 865, rue Sainte-Catherine Est à Montréal. 1945.


Affiche de la campagne de souscription de l'hôpital Sainte-Justine. Illustrée de photos
de Conrad Poirier, cette affiche est dans la vitrine du magasin «Eaton's»
situé au 677, rue Sainte-Catherine Ouest à Montréal, 1945.


Les photographies de Conrad Poirier illustrent l'affiche de la campagne de souscription
de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal présentée dans la vitrine de la bijouterie
Henry Birks & Sons située square Phillips à Montréal, 1946.

Affiches de la campagne de souscription de l'hôpital Sainte-Justine, 1948.
Source : BANQ


Présentation de la maquette du quatrième hôpital Sainte-Justine
Septembre 1950
Source : Héritage Montréal

"La construction d’un hôpital comme celui du chemin de la Côte-Sainte-Catherine coûte très cher. Au moment d’amorcer le projet, les coffres de Sainte-Justine sont presque vides. Un plan de promotion est élaboré pour convaincre les gouvernements, les entreprises et les particuliers de délier leur bourse. De plus, une large couverture de presse des visites de personnalités connues place régulièrement l’hôpital sous les projecteurs. Il faudra malgré tout trois campagnes de financement, de 1951 à 1958, pour couvrir la majeure partie des frais liés à l’édification du nouvel hôpital." (BANQ) 


Camillien Houde accueillant Mgr Léger à l'hôtel de ville de Montréal, 1950
Source : BANQ

Monseigneur Paul-Émile Léger, en acceptant d'être le président d'honneur du fonds de construction du nouvel hôpital Sainte-Justine, donne un appui considérable au projet. Parmi les stratégies employées pour recueillir des fonds, mentionnons un marathon de la charité tenu à la radio par le maire de Montréal, Camillien Houde, à l'automne 1951, une loi votée la même année par le gouvernement du Québec et permettant aux municipalités d'emprunter pour souscrire au fonds de construction de Sainte-Justine, ainsi que la vente d'articles promotionnels. (NANQ)


Lettre manuscrite sur papier à en-tête de l'hôpital Sainte-Justine. Rédigée par un jeune patient de l'hôpital elle sollicite des fonds dans le cadre de la campagne de souscription de l'hôpital Sainte-Justine à Montréal .
Source : BANQ



Assiette promotionnelleEntre 1951 et 1956
Source : BANQ


Vue à vol d'oiseau du chantier de construction montrant une partie de la structure de l"hôpital Sainte-Justine
Source ; Héritage Montréal


Construction du quatrième hôpital Sainte-Justine. 1950
Source : Héritage Montréal


Bénédiction de la pierre angulaire du nouvel hôpital Sainte-Justine
Source  : BANQ


Petite fille remettant une truelle au premier ministre Maurice Duplessis 1951
Source : BANQ

"La cérémonie de la bénédiction et de la pose de la pierre angulaire, le 3 juin 1951, réunit les artisans du projet et les plus importantes personnalités québécoises de l'époque, dont l'archevêque de Montréal, Mgr Paul-Émile Léger, le premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, et le maire de Montréal, Camillien Houde. Après la récitation du chapelet en plein air devant 10 000 personnes, Mgr Léger bénit la pierre, puis on y scelle divers documents pour la postérité. Toute la population de la province peut écouter la cérémonie, diffusée à la radio." (BANQ)


Enfants participant à la fête de Noël au chantier du quatrième hôpital Sainte-Justine
5 janvier 1953
Source : Héritage Montréal


« Le déménagement de Sainte-Justine restera un fait mémorable »La Patrie, 21 octobre 1957, p. 9
Source : BANQ

"Le déménagement de Sainte-Justine est soigneusement planifié. Les admissions à l'hôpital situé rue Saint-Denis ont été limitées dans les semaines précédentes pour diminuer le nombre de patients. Le 20 octobre 1957 au matin, 223 enfants doivent tout de même être transportés à l'aide de 32 véhicules prêtés par l'armée canadienne, des sociétés ambulancières, des entreprises et des particuliers. Chaque patient porte une carte l'identifiant et indiquant sa destination dans le nouvel édifice. À midi, tous les enfants sont installés. Dans l'après-midi naît le premier bébé, une petite fille qu'on appellera Justine." (BANQ)


Elle sera baptisée JustinePhotographie de David Bier parue dans Montréal-Matin, 21 octobre 1957.
Source : BANQ

 
Façade du quatrième hôpital Sainte-Justine
Source : Héritage Montréal

Chambres communes où des enfants sont examinés au troisième hôpital Sainte-Justine
Source : Héritage Montréal


Enfants faisant des activités physiques avec appareils à l'hôpital Sainte-Justine
Source : Héritage Montréal


Construction terminée du quatrième hôpital Sainte-Justine avec vue à vol d'oiseau du quartier résidentiel
27 septembre 1955
Source : Héritage Montréal


Doctorat honoris causa décerné à Justine Lacoste Beaubien par l'Université de Montréal
Source : BANQ 

C'est avec un grand bonheur que Justine Lacoste Beaubien, femme de foi, accepte chaque année, le jour où l'hôpital fête la petite sainte Justine, un bouquet de fleurs, des vœux et des témoignages d'affection de la part des enfants hospitalisés. À l'occasion du jubilé d'or de l'hôpital, le 29 août 1957, elle obtient son agrégation de la congrégation des Filles de la Sagesse, hommage exceptionnel pour une laïque. Au fil des années, Justine se voit également attribuer plusieurs titres et décorations, de même qu'un doctorat honorifique de l'Université de Montréal.


Vue aérienne du quatrième hôpital Sainte-Justine
Source : Héritage Montréal





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire